• Le passé historique


Neufmanil, dont l'appellation fut anciennement Manil, faisait partie de l'Empire Germanique depuis le partage défini par le traité de Meersen en 870 et l'accord de 879 qui la plaçait sous la dépendance de la prévôté seigneuriale d'Orchimont en Belgique. Par la suite, l'organisation administrative de Neufmanil en tant que commune peut se situer au XIIIème siècle ou au début XIVème car Mézières obtint sa charte de franchise en 1233. Dès 1309, Neufmanil avait un maire du nom de Wocquier. La ville dépendait encore à cette époque de la prévôté féodale d'Orchimont. Vers 1332, Neufmanil dépend de la maison de Luxembourg qui elle-même est rattachée à l'Autriche. La ville fut définitivement annexée à la France par le traité de Bruxelles le 18 mai 1769. Peu de vestiges nous restent malheureusement du passé de Neufmanil, riche en événements. L'église date de 1779. C'est une vaste construction rectangulaire divisée en trois nefs que séparent deux rangées de colonnes d'ordre Toscan. L'ancien château fut entièrement brûlé lors de la dernière guerre. Il remontait à 1750. Le nom de Neufmanil est probablement d'étymologie latine. Le substantif "ménil" était encore en usage aux XVII et XVIIIèmes siècles et signifiait "habitation, village, hameau" (mansio, la demeure, a donné "maison" et "manse", petite exploitation agricole). Le village s'est développé aux abords de la voie romaine Duocortorum-Colonia Agrippina (Reims – Cologne), dont une portion correspond à l'ancienne route La Grandville - Gespunsart. Au XIXème siècle, on a retrouvé des ruines de cet ancien village depuis l'enclos du Coran, près du Chemin des Vaches, jusqu'à la Weblette et au bois du Chêne Ferré. Probablement détruit durant les guerres qui dévastèrent la région aux Xème et XIème siècles, le village fut reconstruit à l'écart de cette voie d'invasions à son emplacement actuel et prit le nom de Novum Masnilium, Noefmesnil, ou Neufmesnil.